Qui sommes-nous ?

Nature Eau Scope est une association crée au printemps 1998 ayant pour objet la production de films documentaires vidéo dans le monde entier, axés essentiellement sur l’environnement, le monde animalier, le voyage, l’eau sous toutes ses formes …

Elle est née d’une passion de toujours, partagée par un groupe d’amis d’enfance issu du département de la Lozère, pour la nature dans toutes ses manifestations et sous toutes les latitudes … mais aussi d’une autre passion porté à la vidéo dont nous avons connu les prémices et une évolution fulgurante, du format 8 millimètres à l’ultra Haute Définition.

Cet intérêt marqué pour les grands espaces et la protection de l’environnement nous a poussé à voyager, caméras et appareils photos au poing, dans bon nombre de pays à la rencontre de paysages et de modes de vie différents des nôtres. Avec, à chaque fois, la ferme intention de rapporter un témoignage vivant de ce qui nous a impressionné et de le restituer en toute indépendance, en laissant s’exprimer notre sensibilité.

Car notre bonheur, c’est de pouvoir partager les grands moments de nos aventures (festivals, conférences, DVD) et de tourner parmi les plus beaux endroits de la planète, du haut plateau Bolivien aux steppes de Mongolie, sans oublier l’approche des pôles, du Groenland à l’Antarctique…

Aujourd’hui, nos films sont largement diffusés au sein de différents circuit de conférences.

Le mot du président

A la fin d’un entrainement de tir sur cible (discipline de compétition de la FFESSM), Eric me demande: “Quelles sont tes compétences en plongée ?”, je lui réponds: “MF1, BEES1 et INPP classe 2B avec au moins 1500 plongées au compteur, mais pourquoi cette question ?” Éric me répond que son cousin, Pierre Marie HUBERT, programme un voyage en Mongolie et cherche un cadreur sous-marin.

La nuit se passe et le lendemain je téléphone à Pierre Marie pour en savoir un peu plus; le courant passe très bien entre nous et je m’inscris dans cette grande aventure. J’avais déjà auparavant fait de la photo et vidéo sous-marine, tourné avec les moyens du bord : caisson maison, phare maison, tout ça dans de l’eau froide des carrières de Belgique (Vodelée Villers, etc…) ainsi qu’en mer du Nord; vous l’aurez compris, je suis du Nord.

L’aventure commence. Pierre Marie me donne les caractéristiques de la caméra dédiée pour la plongée. C’est une Sony VX1000. Il ne reste plus qu’à trouver le caisson, les phares de plongée, un compresseur portable, etc… Je remercie Alain pour avoir prêté son caisson qui, avec quelques modifications « maison », m’a permis d’insérer la caméra, ainsi que Jean Pierre pour le prêt de 2 phares de 100 watt et Roger pour son compresseur portable.

Me voilà engagé avec Pierre Marie, Bernard et Philippe pour la Mongolie avec 100kg de matériel rien que pour la plongée, je vous en dis pas plus! Philippe a fait un excellent carnet de route sur ce sujet.

S’en suit d’autres voyages réalisés aux îles Belcher, à Madagascar sur l’île de la Dominique, et tout récemment, en Tasmanie…

Dominique Beck - Plongeur

Contactez-nous

Le mot du réalisateur

Tout a commencé par une soirée d’anniversaire où l’ami qui m’avait gentiment invité, débordé par ses obligations, me confiait la caméra VHS qu’il venait d’acquérir en me demandant de réaliser quelques images. Je n’ai pas lâché la caméra de la soirée…

Quelques mois plus tard, quittant ma vie d’étudiant, je consacrais ma première paye à l’achat d’un nouveau modèle, révolutionnaire pour l’époque: une caméra vidéo au format 8 mm.

Et voilà que la même personne qui m’avait fait découvrir la vidéo et qui était journaliste, me propose de l’accompagner avec une équipe pour effectuer un reportage au Maroc. Nous sommes en 1987.

Un matin, de bonne heure, dans le moyen atlas, alors que tout le monde dort profondément dans la caravane que nous transportons en 4X4, j’entends des sons de tambours et de chants au loin, comme une mélodie voluptueuse. N’y tenant plus, je bondis hors de la caravane, prend ma caméra, et part seul en direction de cette musique. Guidé par des jeunes rencontrés sur le chemin, j’arrive dans un village berbère isolé où un groupe de jeunes filles chante en musique en frappant des mains pour fêter la récolte du bois matinal, créant une mélodie que je n’ai jamais oubliée. Je suis subjugué par le cadrage et le son qui m’enveloppe totalement. Il y a comme un déclic qui se produit alors: la naissance d’une passion pour l’image, le son, le voyage, les grands espaces, l’aventure, l’amitié…tout cela regroupé autour du projet de réaliser un film pour le faire vivre et partager.

Ce jour là, je sais que je vais repartir à la découverte du monde fascinant qui nous entoure.

Les voyages vont alors s’enchaîner vers des destinations qui m’attirent du moment que l’on y ressent l’émotion d’une nature éblouissante… et qu’il y a de l’eau pour apaiser mon autre grande passion: la pêche …qui permet aussi d’accroître considérablement notre autonomie alimentaire sur le terrain lorsque nous crapahutons en condition expéditionnaire. Car j’ai mis à profit les enseignements reçus de ma formation militaire, et que m’importe les conditions du moment qu’il y a de belles images à tourner.

Alors nous randonnons et campons partout, caméra glissée dans le sac à dos, et c’est pour moi un vrai luxe que de pouvoir planter une tente au bord d’un fjord groenlandais et d’entendre les icebergs claquer comme des coups de tonnerre la nuit durant…Bien mieux qu’un hôtel 4 étoiles…Découvrir les plus beaux endroits du monde…

Je suis baigné des images mémorisées dans mon enfance par les films du Cdt Cousteau . Je participe à de nombreux festivals et à Namur, j’ai la chance de croiser Nicolas Hulot et nous bavardons avec la même passion de cette nature si belle et que nous malmenons à tort…On venait de tuer “administrativement” une louve dans le Mercantour…” La France a perdu toute crédibilité dans la défense du monde animal”…

Alors je suis reparti de plus belle avec ma caméra qui, vous l’avez compris, ne me quitte jamais (elle au moins!). L’expérience déterminante sera ce formidable périple sur le voilier VAIHERE à destination de la péninsule Antarctique grâce à la complicité du skipper Eric Dupuis qui me fait totalement confiance pour réaliser ce tournage engagé.

Nous passons le cap Horn le jour de mes 50 ans. Je prends la barre, symboliquement. Maintenant je le sais, je vivrais pour ce et ceux que j’aime. Car voir l’Antarctique, c’est comme mourir un jour et renaître le lendemain; ça vous change un homme.

Alors j’ai décidé de consacrer le reste de ma vie à ma passion pour vivre heureux sans entraves. Un nouveau métier, celui de conférencier, me tendait les bras et là encore, grâce au circuit de conférences CAP MONDE qui me remarque, me voilà engagé dans cette nouvelle voie.

Aujourd’hui je sillonne la France avec bonheur en projetant les films que je réalise et qui sont le fruit d’une équipe regroupée autour de l’association Nature Eau Scope: preneur de son, plongeur, assistant, musicien…

La technologie permet aujourd’hui de partager encore plus ces émotions et ce nouveau site est crée pour cela; informations diverses sur ces destinations et repérages, journaux de bord, photos, dates des prochaines conférences, DVD et films en ligne…

Alors bonne visite, bonne conférence ou bon voyage !

Natureauscopement vôtre; Pierre-Marie

Suivez-nous sur les réseaux sociaux